Attention : Voici les signes précurseurs indiquant que la santé de vos organes intimes est en danger!Ne les ignorez jamais!

Comme pour le bien-être de tout autre organe du corps, la santé vaginale est essentielle au bien-être général de la femme. Un vagin en bonne santé dispense une quantité saine de sécrétions qui éliminent les cellules mortes et les bactéries indésirables, préservant ainsi la sécurité du vagin et des infections. Ce mécanisme lubrifie également le vagin et prévient la sécheresse. Un vagin malsain peut affecter votre fertilité et votre libido. À long terme, la détresse vaginale peut affecter votre relation avec votre partenaire, diminuer votre confiance en vous et induire du stress. Un vagin malsain est plus susceptible aux infections vaginales à levures telles que les candidoses génitales et vulvo-vaginales. Selon le centre américain de la prévention et du contrôle des maladies, environ 75% des femmes risquent de contracter une infection à levures par voie vaginale au moins une fois dans leur vie.

Si elle n’est pas traitée à temps, toute infection même mineure, présente un risque de s’aggraver dans des problèmes de santé complexes. Par conséquent, il est essentiel de consulter votre gynécologue dès les premiers signes d’un dysfonctionnement vaginal. Voici 10 signes avant-coureurs indiquant que votre vagin est en mauvaise santé.

1. Démangeaisons et brûlures :

Une sensation constante de démangeaison et de brûlure indique l’apparition d’un certain nombre d’infections vaginales. Lorsque le nombre de bactéries nuisibles dépasse le nombre de bonnes bactéries dans le vagin, le déséquilibre se manifeste par des démangeaisons et des brûlures.

Une certaine quantité de levure est essentielle pour éloigner les bactéries nocives de la région vaginale. Cependant, une surproduction de levure peut entraîner une infection à levures. En outre, les démangeaisons sans aucune odeur nauséabonde du vagin sont souvent des signes d’infection par la levure. Les démangeaisons peuvent également être une réaction aux produits chimiques ou aux ingrédients contenus dans les savons, les crèmes, les mousses contraceptives et les mélanges de douches préemballées. Ces produits peuvent modifier l’équilibre bactérien et l’acidité du vagin, qui le protège des infections.

2. Décharge malodorante :

Il est peu probable que votre vagin ressemble à un lit de roses, mais si vous remarquez une forte odeur récurrente, même si elle ne se propage pas sur vos sous-vêtements, cela pourrait être un signe d’infection. Un excès de bactéries nocives provoque une vaginose bactérienne. Les pertes vaginales nauséabondes sont souvent le premier et le plus commun symptôme de cette infection.

Selon une étude de 2011 publiée dans « International Journal of Women’s Health », une «odeur de poisson» est l’un des principaux symptômes de la vaginose bactérienne. Cette décharge peut notamment se produire après un rapport sexuel. Par ailleurs, les femmes enceintes atteintes de vaginose bactérienne courent un haut risque d’accoucher prématurément. Cette condition augmente également le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles (MST), y compris le VIH, et peut parfois conduire à une maladie inflammatoire pelvienne. Par conséquent, consultez immédiatement un médecin si vous remarquez une odeur vaginale.

3. Décoloration et décharge excessive:

Les pertes vaginales sont un mécanisme naturel du corps visant à maintenir le vagin lubrifié et à éliminer les bactéries nocives. Normalement, l’écoulement vaginal normal, clair ou blanc, ne dégage pas de mauvaise odeur. Une décharge brune ou rouge qui se produit juste après un cycle menstruel n’est généralement pas un sujet de préoccupation.

Cependant, si vous présentez un écoulement brun ou rouge au cours des jours normaux entre les règles , consultez un médecin car cela pourrait indiquer un cancer du col utérin. Si cela se produit en début de grossesse, cela peut signifier une fausse couche. Une décharge verte ou jaune, malodorante et ressemblant à de la mousse n’est pas normale et peut être un signe de trichomonase, une MST.

Un écoulement aqueux blanc, gris ou jaune peut être un symptôme de la vaginose bactérienne. Bien que la quantité de décharge diffère d’une femme à l’autre, des pertes récurrentes et excessives peuvent également indiquer une vaginose bactérienne. Consultez immédiatement un médecin si vous remarquez une décoloration de vos pertes vaginales.

4. Saignements anormaux :

Si vous avez des saignements entre les menstruations, c’est un signe d’alarme. Un cycle menstruel qui dure anormalement peut aussi être le signe d’un problème. Si vous avez atteint la ménopause, mais que vous avez encore des saignements, consultez immédiatement votre gynécologue. Selon une étude de 2013 publiée dans « International Journal of Reproduction, Contraception, Obstetrics and Gynecology », les saignements post-ménopausiques sont un symptôme crucial et doivent être immédiatement diagnostiqués pour éviter sa transformation en une maladie maligne.

Certaines femmes peuvent également remarquer le passage de caillots sanguins dans le vagin après la ménopause. Il s’agit là d’un autre signe précurseur d’un mauvais vagin et de maladies apparentées, telles que les polypes de l’endomètre ou du cancer de l’endomètre ou du col utérin.

5. Saignements pendant ou après les rapports sexuels :

Il est courant que les femmes qui viennent d’entamer une expérience de rapports sexuels aient recours à des saignements, mais il faut consulter un médecin s’il s’agit d’un problème récurrent chez les jeunes femmes. Des saignements pendant ou après les rapports sexuels chez une femme, quel que soit son âge, peuvent indiquer une infection vaginale, une déchirure vaginale (provoquée par un accouchement), des MST comme la chlamydia ou une sécheresse vaginale. Les frictions générées lors des rapports sexuels peuvent irriter la peau sèche et causer des taches.

Si vous avez eu la ménopause et que vous avez des saignements pendant ou après les rapports sexuels, vous vous inquiétez de beaucoup car cela pourrait indiquer un cancer du col de l’utérus . Par conséquent, tout saignement anormal pendant ou après un rapport sexuel nécessite des soins médicaux car il pourrait avoir des conséquences graves et à long terme.

6. Atrophie vaginale :

Lorsque votre corps produit moins d’œstrogène que nécessaire, votre vagin devient sec, mince et enflammé. C’est ce qu’on appelle une atrophie vaginale. Le symptôme le plus commun de l’atrophie vaginale est un rapport sexuel douloureux. Il est fort probable que cela se produise après la ménopause, car c’est le moment où la production d’œstrogènes par le corps diminue. Cette condition peut également se produire pendant l’allaitement. L’amincissement du vagin dû à une atrophie vaginale peut entraîner des infections des voies urinaires. Consultez un médecin si vous vivez des rapports sexuels douloureux à tout âge.

7. Des bosses ou des ampoules :

Si vous remarquez une bosse sur votre vagin externe, il pourrait s’agir d’un symptôme de cancer vaginal ou vulvaire. Le cancer vaginal reste l’un des cancers les moins discutés parmi les femmes aujourd’hui. Bien qu’elle ne soit pas aussi courante que d’autres cancers chez les femmes, une étude, publiée en 2000 dans le journal de la médecine reproductive, a signalé une augmentation significative du nombre de jeunes femmes atteintes d’un cancer de la vulve depuis 1980.

Une bosse cancéreuse peut commencer comme une taupe mais changer de couleur et de texture pour se transformer en une bosse dure ou une lésion. La bosse peut se produire n’importe où sur le vagin externe, bien qu’elle se trouve le plus souvent près du clitoris. Elle est généralement de couleur noir ou brun foncé, mais elle peut aussi être rose, rouge ou blanche. De même, les plaies et les ampoules peuvent être des symptômes de MST, tels que l’herpès génital. Consultez immédiatement un médecin si vous remarquez une bosse sur votre vagin externe.

8. miction douloureuse :

Bien que les mictions douloureuses soient le plus souvent associées aux infections des voies urinaires , elles peuvent également être un symptôme majeur d’une infection vaginale telle qu’une infection à levures ou une vaginose bactérienne.

L’utilisation de produits tels que les crèmes et les savons contenant certains produits chimiques nocifs peut entraîner une infection vaginale. Cela peut également se produire si vous utilisez une douche à base de produits chimiques ou si vous laissez un tampon trop longtemps dans votre vagin. En outre, les infections vaginales provoquent souvent une inflammation et une douleur lorsque l’urine traverse le vagin.

Une miction douloureuse peut également être un symptôme de diverses MST, notamment la chlamydia et l’herpès génital.

En plus d’être douloureuse, la miction peut aussi être inflammatoire et la personne peut souffrir de démangeaisons vaginales constantes. Si vous ressentez de la douleur en urinant, consultez un médecin.